Thursday, 13 September 2012

Industry Minister Christian Paradis' address to West Island Chamber of Commerce



The Honourable Christian Paradis, PC, MP

Minister of Industry
Montréal, Quebec

September 10, 2012



Good morning.

Thank you for the kind introduction.

It is always a pleasure to be in Montréal.

Mesdames et Messieurs, depuis que je suis devenu ministre de l’Industrie, j’ai sillonné le pays et visité plusieurs villes, grandes et petites, afin de rencontrer des regroupements de gens d’affaires comme le vôtre.

J’ai pris part à des tables rondes régionales et j’ai discuté avec des représentants d’entreprises pour me renseigner de façon directe sur les possibilités d’affaires et les défis auxquels les Canadiens font face.

Les regroupements comme le vôtre représentent des organes vitaux du milieu des affaires au Québec. Votre engagement dans le milieu est à l’image du véritable esprit d’entreprise qui existe partout au Canada et au Québec.

Ladies and gentlemen, when we look outside our borders, uncertainty continues to affect the global economy.

Last month, I was with Prime Minister Harper when he hosted German Chancellor Merkel.

We all know that Europe faces some serious challenges, such as persistent unemployment, weak growth and burdensome sovereign debt. But these are not their challenges alone; they are faced by the global economy as a whole.

Even in emerging economies like India, China and Brazil, strong currencies and slower growth present new challenges. So when we look at Canada’s position in the world, we can be proud.

Le Canada possède de nombreux avantages : un gouvernement fort et stable, une stratégie économique viable à long terme, un engagement ferme et tourné vers l’avenir en matière de libre-échange, une cote de crédit triple A, et un plan budgétaire solide visant à rétablir l’équilibre fiscal à moyen terme.

Mesdames et Messieurs, le Canada est au premier rang des pays développés. Nous sommes un pays de choix pour les investisseurs et nous sommes ouverts aux échanges commerciaux. En outre, nos efforts ont été reconnus à l’échelle mondiale par des organismes comme le Fonds monétaire international, l’Organisation de coopération et de développement économiques, le Forum économique mondial et le magazine Forbes.

C’est maintenant qu’il faut tirer profit de ces avantages. Nous devons également nous assurer que nos remarquables entrepreneurs, inventeurs et innovateurs possèdent les outils dont ils ont besoin pour prospérer à l’échelle nationale et internationale.

And while you each have your own challenges and opportunities, the context in which we all work is becoming more global.

Our world is becoming more digital and more connected.

For Canada to succeed, we will all need to be fully engaged in this new world. This means investing in innovation and research and creating new products and services.

And it begins with fostering one of the most attractive economic environments in the G‑Seven.

But it does not end there.

So far I have spoken about Canada’s strong foundation for economic growth.

But that is only half of the equation.

Ultimately, to create jobs, to grow and to maintain our prosperity over the long term, we cannot work independently. We—academia, governments and the public and private sectors—need to work together.

C’est bien simple : nos provinces et nos territoires doivent accorder dès aujourd’hui la priorité aux compétences de demain dans leur système d’éducation. Nos cégeps, nos collèges et nos universités doivent collaborer de plus près et conclure plus de partenariats avec le secteur privé.

L’industrie doit générer davantage d’investissements privés, en particulier dans le secteur du capital de risque de démarrage, et soutenir la création de fonds de capital de risque de grande taille. Enfin, les entreprises doivent favoriser l’innovation dans les produits et services, et ce, dans tous les secteurs de l’économie.

En tant que nation, nous devons prendre des risques accrus, réfléchir de manière plus créative et agir avec plus d’audace afin de prendre la place qui nous revient au sein de l’économie mondiale.

Nous avons tous un rôle à jouer, et il est essentiel d’unir nos efforts. Mais je tiens à le préciser, le rôle du gouvernement consiste à créer les conditions nécessaires pour que nos meilleurs éléments puissent réussir dans leurs entreprises. Le gouvernement doit ensuite se retirer et les laisser agir.

In August, I had the opportunity to participate—here in Montréal—in a round table of young entrepreneurs in high-growth firms. I heard about their priorities and was inspired by their successes in developing their ideas, raising capital, finding distribution channels and expanding to new markets.

Growth and job creation in today’s modern economy start with businesses, not government. They start with companies creating new products, finding new markets, improving productivity and doing business differently.

In this day and age, the pace of R&D and the evolution of business strategies are so rapid that innovation must be a part of every sector of our economy. Growth depends on innovation, which will be led by people like you here today.

And it will be innovation that propels Canada’s future high-growth firms.

Nous n’avons qu’à regarder Motion Composites Inc., une entreprise québécoise locale.

Cette entreprise, qui a été fondée par deux récents diplômés en administration des affaires et en génie, est née du désir de repenser complètement le concept du fauteuil roulant conventionnel afin d’alléger son poids de moitié, d’augmenter sa durabilité et de rendre son prix plus abordable.

Leur concept était prêt, mais ils avaient besoin d’aide pour fabriquer et commercialiser leur produit.

C’est là que le Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (le PARI-CNRC) est entré en jeu.

Pour ceux qui ne le savent pas, le PARI est le principal programme d’aide aux petites et moyennes entreprises mis sur pied par notre gouvernement.

Ce programme est la pierre angulaire du régime d’aide à l’innovation au Canada. Près de 8 000 entreprises un peu partout au pays, dont 2 000 ici au Québec, bénéficient de son appui chaque année. Le PARI est considéré comme l’un des meilleurs programmes en son genre au monde.

Thanks to the help from IRAP, Motion Composites was able to refine its design, work out technical issues and raise additional funds from private capital and other sources. It went from the design stage to the production stage in twelve months, thanks in part to IRAP.

Today, Motion Composites manufactures about fifteen hundred wheelchairs each year. It has a team of seventeen permanent employees and plans to expand throughout North America.

This is a great example of a government program delivering needed support to entrepreneurs looking to grow their business.

But let’s be clear: while IRAP helped Motion Composites to develop and gain traction, the company created its own success.

Through Economic Action Plan Twenty-Twelve, we are continuing to make important investments like this.

Specifically, we are providing one hundred and ten million dollars per year to double the support for IRAP.

This will continue to spur business-led innovation and R&D and continue to bring real benefits to communities across the country.

En plus du PARI, le CNRC a mis au point un nouveau programme pilote conçu spécialement pour aider les entreprises à s’adapter et à prospérer dans l’ère numérique.

Le Programme pilote d’adoption des technologies numériques est l’une des plus récentes initiatives du gouvernement et s’inscrit dans notre engagement continu en matière d’économie numérique.

Ce programme permet aux petites et moyennes entreprises de recourir aux services d’experts-conseils.

Il les aide aussi à intégrer les nouvelles technologies numériques dans leur modèle de gestion.

L’intégration des nouvelles technologies contribue à améliorer la productivité et à stimuler l’innovation au sein des entreprises. Les entreprises peuvent en outre accéder à de nouveaux marchés en ligne au Canada et à l’étranger.

Par ailleurs, nous investissons 400 millions de dollars afin d’offrir du capital de risque à l’intention des entreprises en démarrage et de créer des fonds de capital de risque de grande taille.

Ce montant s’ajoute aux 100 millions de dollars que nous avons versés à la Banque de développement du Canada, qui a son siège social ici à Montréal.

Dans l’économie d’aujourd’hui, les entreprises ont besoin d’un accès accru au capital de risque afin de mettre en marché leurs produits et services. Et notre gouvernement effectue aujourd’hui les investissements nécessaires pour aider à bâtir l’économie de demain.

Ladies and gentlemen, as Canadians, we can and should count ourselves fortunate.

We have accomplished a great deal. We have shown the world the strength of the Canadian economic model. But to sustain this, and to carry it forward, we need the hard work, talent and investments from people like you.

Je crois sincèrement que lorsque nous travaillons tous ensemble, nous pouvons surmonter tous les obstacles.

Je vous remercie.



No comments:

Post a comment